Visit’Arts

0

Les 16 et 17 juin 2012, Visit’Arts-Québec reçoit près d’une centaine d’artistes sous la présidence d’honneur du très sympathique Monsieur Michel Nigen, un artiste peintre québécois, d’origine française. Cette 8e édition de Visit’Arts-Québec se tient sur la superbe Promenade Samuel de Champlain à Québec (Canada), à 100 mètres du quai des Cageux. Le président d’honneur présente l’œuvre qu’il a réalisée pour le symposium: la falaise de Sillery, située le long de la Promenade. Par cette activité, la Société Artistique et Culturelle de Québec (SACQ) désire promouvoir les arts visuels tout en se distinguant des autres symposiums de peinture au Québec.

Parmi les artistes exposants: Patrick Gignac, artiste de Québec, dont l’œuvre Excision est présentement en train de faire le tour du monde, UGA, instigatrice du mouvement québécois qui porte son nom (le ugaïsme), Suzanne Lavigne, Arlette Paradis, des habituées des symposiums estivaux, etc.

Plusieurs mentions spéciales de peintres à découvrir ou à redécouvrir. Le premier en liste: Normand Paré, artiste de Québec, pour ses œuvres en blanc, rouge et noir sur plexiglas, réalisées à partir de ses dessins au fusain repris par ordinateur, retravaillés et imprimés sur plexiglas. Son travail au fusain carré, très gestuel, donne des traits distinctifs aux arêtes très nettes. Par un geste minimal maîtrisé, il parvient tout de même à souligner l’ombre et la lumière de ses sujets. Ce fut mon coup de cœur en entrant sous la marquise qui regroupait la moitié des artistes de ce symposium.

En deuxième lieu: Son épouse, Madeleine Caron, présidente du comité organisateur de l’évènement, qui est une artiste qui se distingue par ses couleurs. Elle utilise une riche palette; une gamme étendue de couleurs. Froid et chaud s’harmonisent proportionnellement dans une composition tout en mouvement.

Une mention spéciale serait également à décerner à l’artiste Robin Bérubé pour son style très distinctif. Sa peinture est joyeuse, pétillante et d’une vivacité rafraîchissante. Réjeanne Létourneau mériterait également une mention spéciale pour son style. Ses abstractions sont très vivantes et méritent vraiment une observation détaillée. Francine Bouchard, de La Tuque, membre de la SCA, a, quant à elle, montré une parfaite maîtrise de l’aquarelle par des réalisations hyperréalistes à couper le souffle.

Plusieurs grands artistes à cet événement; certains plus connus que d’autres. Ils méritent tous qu’on s’attarde à leur travail. Beaucoup de talent donc en émergence, sinon du talent à revendre.

L’évènement se termine ce dimanche à 16h30.