A PROPOS

HEARTAu coeur de l’art, magazine des arts, est une plateforme médiatique fondée en 2010 qui, a contrario des autres cyber magazines (ou webzines) axés sur l’information ponctuelle, privilégie plutôt la réflexion sur l’art, la découverte d’artistes d’ici et d’ailleurs et la rédaction spécialisée. Notre but en tant que média numérique est de souligner les enjeux importants de notre époque auxquels font face les artistes en arts visuels. Nous privilégions donc la durée de l’information artistique et culturelle.

HEARTAu coeur de l’art, magazine des arts, a dû se restructurer au printemps 2020. Nous avons décidé de couvrir quelques thématiques, de rédiger des textes de réflexion, de proposer des portraits d’artistes et des entrevues réalisées à distance. Nous proposons également des critiques, des explications d’oeuvres et des articles plus pointus sur le marché de l’art. Nous ne couvrons malheureusement plus les évènements en personne. Toutefois, nous sommes conscients du besoin des artistes de se faire connaître par des textes de qualité sur leur travail, c’est pourquoi tous les artistes en arts visuels sont susceptibles de nous intéresser.

NOUS REJOINDRE

HEARTAu coeur de l’art, magazine des arts
Géré par Art Total Multimédia, expert en art
C.P. 75161 Succursale Cap-Rouge
Québec (Québec)
G1Y 3C7  Canada

courriel pour nous rejoindre

AU SUJET DE LA RÉDACTION INCLUSIVE

Actuellement, nous n’employons pas les pronoms neutres comme “iel” sauf exception, mais préconisons plutôt l’écriture épicène (neutre), une pratique rédactionnelle inclusive qui utilise notamment des mots qui ont la même forme au masculin et au féminin (comme les mots: artiste, galeriste, commissaire d’exposition, peintre, aquarelliste, etc.) et qui assure un équilibre dans la représentation des genres. Le pronom « iel » ne sera utilisé dans les textes que pour représenter le genre neutre si l’artiste s’identifie comme non binaire. Dans un tel cas, pour les accords de genre des participes passés, nous optons pour le masculin uniquement par souci d’uniformité. Toutefois, nous sommes conscients que la langue française a ses limites. Idéalement, dans tous nos textes, peu importe le pronom utilisé, il faudrait penser par défaut « il/elle/iel » pour inclure toutes les personnes.

Dans certains cas, pour les noms, adjectifs et participes passés dont les formes féminine et masculine ne diffèrent que par la présence ou l’absence d’un -e final, nous utilisons la parenthèse (e) ou (e)s, ainsi que la barre oblique pour les noms et adjectifs faisant apparaître des suffixes différents au masculin et au féminin (dessinateur/trice, collectionneurs/euses) ou dans les cas où deux formes féminines sont en concurrence (auteur/trice, auteur(e)).

Nous sommes conscients que le langage est important, car il peut représenter un outil d’inclusion ou de discrimination. L’adoption d’une écriture neutre (épicène) et inclusive permet de promouvoir un langage reflétant le principe d’égalité auquel nous souscrivons en tant que personne humaine et sensible.

Étant donné que la question du genre et la langue sont en constante évolution, notre façon de rédiger des textes est amenée à évoluer également.

Si vous, lectorat, voyez un nom masculin au pluriel dans nos textes, comprenez que le il/elle/iel y sont inclus sans distinction.